Pourquoi venir en
petits groupes
Ski Héliporté?

Vous aller AIMER skier en petits groupes! La nouvelle vague héli-ski est de skier en hélicos rapides, et agiles en petits groupes plus intimes. Essayer petit, c'est l'adopter!

Plus

Bienvenue au
Great canadian
heliski Blogue

Musique dans les montagnes

Affiché par & classé dans sans catégorie.

Les monts prennent vie avec le son de la musique, surtout quand notre guide “Super Sue” est conductrice.

Cette semaine à Golden, Colombie-Britannique, Sue a conduit l'orchestre Purcell Mountain lors de son concert de son 10ème anniversaire, “Wonderful To Wild”. L'orchestre a couvert de tout de la Guerre des étoiles, Le son de la musique, ou Led Zeppelin, complet avec costumes de Darth Vader au hippie.

“Quand j'étais fillette j'ai toujours voulu être comme Fräulein Maria dans Le son de la musique et être entourée de musique dans les montagnes.” explique Sue à l'audience, “Maintenant, je fais exactement cela!”

Bravo Sue et félicitation pour le 10ème anniversaire de l'orchestre Purcell Mountain.

 

The force is strong with our Sue.

Sue a la force avec elle.

Dans son élément.

Terminant avec du Rock and Roll.

Salutations… ou le signe de paix va bien aussi!

Le meilleur de deux mondes

Affiché par & classé dans sans catégorie.

C'est dur d'imaginer un emploi avec de meilleurs bénéfices que l'héli-ski, mais notre extraordinaire Marion à l'accueil s'est aménagée le meilleur de deux mondes. Dirigeant un commerce de planche à rame dans sa patrie en France n'est pas tout à fait comme skier la poudreuse chez Great Canadian, mais c'est une question d'équilibre, surtout sur une planche à rame. Elle a pris le temps de nous informer de son été:

Parle nous de ton commerce et ce que tu fais cet été.

C'est notre troisième saison de planche à rame dans une des plus belles anse dans la région de “Vermilion”, Nord de Catalonie, à la frontière espagnole. L'anse s'appelle “Paulilles”, trois plages mignonnes sur la mer Méditérranée, situés entre Port Vendres & Banyuls. Puisque c'est un commerce nouveau et que nous nous sommes lancés en un clin d'oeil, nous sommes encore à nous organiser. Nous apprenons beaucoup. C'est très stimulant même s'il y a tant à faire et à penser. C'est beaucoup plus intéressant de voir les gens s'amuser & comme des enfants!

C'était comment d'aller du héli-ski à la planche à rame en France?

Je m'habitue de passer du ski à la planche à rame, j'aime les deux. Mais honnêtement, venant des montagnes, je préfère le ski… Et maintenant que j'ai fait du héli-ski, je crois que c'est encore plus fort! Travailler pour une compagnie et travailler pour soi est différent. Pas sûre de pouvoir vraiment comparer… C'est moins de tension, et du plaisir aisé de travailler pour une compagnie d'héli-ski comparé à une petite entreprise en croissance. Mais il y a plus de défis, et plus de travail, diriger Paradis de la rame.

Qu'est-ce qui vous manque le plus de l'auberge du mont Heather?

Mes nouveaux amis me manquent le plus…une bonne équipe! Je peux remplir plusieurs postes, ma priorité est l'équipe, les gens avec qui je travaille qui rendent la place plaisante, fabuleuse ou pas. Avant de commencer, je me demandais
que penser de la clientèle aux grandes attentes, et maintenant je peux dire que j'ai bien aimé rencontrer des gens de partout au monde qui partagent la même passion du ski. Ça me manque aussi.

Tes amis en France pensent quoi de ton travail chez Great Canadian?

Hahaha, quelques-uns en sont un peu jaloux, d'autres m'appuient ou sont impressionnés. Mais la meilleure réaction était de mon compagnon qui veut vraiment venir travailler au Canada et devenir guide de ski. Ah bien, tous les amis pensent que j'ai été bien chanceuse, ce qui est bien vrai.

Qu'est-ce qui t'excite le plus de la prochaine saison?

L'héli-ski encore! Mais quand même, c'est l'équipe qui rend le tout valable. En tout cas, je garde mes doigts croisés pour une saison d'héli-ski fabuleuse, avec une tonne de poudreuse pour tous!!!

Une des nôtre!

Affiché par & classé dans sans catégorie.

Vous êtes-vous déjà demandé comment nos guides se détendent à la fin de la saison? Peut-être une vacance au chaud, à la maison tranquille et en paix, une traversée record de 36 jours en ski…

La dernière option peut sembler ambitieuse, mais pas pour notre Maddy. Moins d'une semaine après avoir terminer le guidage, elle se retrouve avec trois amis au col Kootenay. Leur plan était de faire la première traversée des Selkirk. C'est plus de 500 km (310 milles) à travers l'arrière-pays des plus difficile en Amérique du Nord. Ça a pris 36 jours, Plusieurs skis cassés, des réveils à minuit et le danger de traverser de nombreuses rivières. Mais l'équipe l'a achevé en sécurité le 8 mai, 2016. Nous avons retrouvé Madeleine pour en savoir plus sur son aventure:

 

Comment se sent-on à la maison?

C'est bien mais en quelque sorte étrange. Beaucoup à digérer, et vous pouvez revenir à la vie dans la vallée [Columbia] mais vous êtes encore à cogiter cette grande expérience.

D'où est venu cette idée?

Il y a environ 5 ans, mon ami Stephen et moi roulions vers le mont. Logan, en voyage de ski, qui est à environ 40 heures de route. On s'ennuyait et on a décidé de préparer des aventures “à faire” , une liste. Curieusement, tous les deux avions ce rêve de skier toute la chaîne Selkirk. Puis l'an dernier, en skiant avec Stephen, il a dit “Faisons ce périple ce printemps!” Alors on a planifié, préparé les caches de nourritures, tracer notre route et puis on s'est rendu-compte que ce pourrait être que nous deux! Comme, qui d'autre voudrait faire ça?! Mais quand on a commencé à en parler nous avons trouvé trois autres personnes vraiment intéressées qui avaient de l'expérience en long périple.

L'équipe au col Rogers. Madeleine à droite.

 

Comment se préparer mentalement pour un périple pareil?

Bien, j'y avais pensé tout le temps et je vérifiais constamment les conditions. Par chance, je travaillais dans les Selkirk pour la plus grande partie de la saison. Ce qui était vraiment génial étaient les derniers jours à guider chez Great Canadian, nous avons par hasard skié dans certains endroit le long de notre route. Ça m'a donné un précieux avantage sur la route à prendre.

Quel était ton moment le plus difficile?

Nous avions des traversées de rivières pas mal risquées à faire. Comme skieurs et pas guides d'eaux vives, les rivières nous inquiétaient. Heureusement, il y avait des arbres pour nous aider, mais ils étaient juste assez gros pour marcher dessus, et assez étroits pour être tout à fait effrayant. Il fallait y aller un à la fois, donc aucun moyen de s'entre protéger. C'était les vrais chemins de croix mentales du périple, lorsqu'il n'y a pas le choix et vous n'avez qu'à rassembler ses forces pour le faire.

Ne pas tomber!

Aussi à un moment donné, au sud de Battle Abbey nous avons été pris dans cette énorme pente dont le pic jetait beaucoup de neige sur nous. C'était une fenêtre de 20 minutes où nous avons accéléré au plus vite et des glissades de neige couvraient nos pistes derrière nous. Alors après ça, nous avons changé notre horaire de sommeil pour nous réveiller à minuit et ne voyager que dans les petites heures du matin.

Quel a été ton moment préféré?

Probablement les campement alpins, avec des panoramas superbes et des couchés de soleil incroyables au-dessus des Monashee, des Selkirk et des Purcell. Dormir sous les étoiles et voir les étoiles filantes, c'est toujours mon préféré, c'est certain. Une autre chose géniale était quand on avait à se réveiller à minuit, c'était durant la pleine lune alors ces nuits là, on pouvait voir la lune se coucher et le soleil se lever en même temps. C'était pas mal spécial.

Comment on se sent à la fin?

Nous étions tous un peu stupéfiés et les yeux grands, sans croire que c'était fini. En terminant, nous attendions mon père à l'auberge CMH Monashee pour qu'il nous ramènent. Nous nous sommes empilés dans le camion de mon papa qui nous a conduit à Revelstoke en regardant les chaines de montagnes passer si vite qui nous ont pris tant de temps à traverser.

Que pense-tu d'avoir fait ça?

Je crois que c'est surprenant de pouvoir rêver à des choses un peu hors de l'ordinaire, mais en ayant un bon
groupe et des opportunités et conditions qui peuvent les rendre possible. Vous pouvez y arriver si vous acceptez de l'aide.

Quels sont tes plans maintenant?

Nous avons terminé ce périple si tôt que j'ai le temps de me reposer. Quand nous avons calculé la distance, nous avons estimé que ça nous prendrait environ huit semaines et demi, et ça n'en a pris que 5. Je travaillerai chez Outward Bound à diriger un cours de plein air pour jeunes, et puis je ne peux attendre trop avant de planifier d'autres aventures!

 

 

Un périple comme celui-là demande beaucoup de préparation.

Touchez du bois pour se rendre de l'autre côté.

Quelques pertes en chemin.

 

Nous nous sommes tous amouraché d'un puit d'arbre un jour.

 

Merci à Douglas Noblet pour les photos épiques du périple! Déclic ici pour en voir plus.

Shopping cart

Subtotal
Shipping and discount codes are added at checkout.
Checkout