Chez GCH, votre
programme est
notre programme.

Comme “boutique héli-ski” originale, nous sommes fiers d'offrir une expérience personnalisée dès votre premier contact avec nous.

Plus

Blogue & Média

Une des nôtre!

Affiché par & classé dans sans catégorie.

Vous êtes-vous déjà demandé comment nos guides se détendent à la fin de la saison? Peut-être une vacance au chaud, à la maison tranquille et en paix, une traversée record de 36 jours en ski…

La dernière option peut sembler ambitieuse, mais pas pour notre Maddy. Moins d'une semaine après avoir terminer le guidage, elle se retrouve avec trois amis au col Kootenay. Leur plan était de faire la première traversée des Selkirk. C'est plus de 500 km (310 milles) à travers l'arrière-pays des plus difficile en Amérique du Nord. Ça a pris 36 jours, Plusieurs skis cassés, des réveils à minuit et le danger de traverser de nombreuses rivières. Mais l'équipe l'a achevé en sécurité le 8 mai, 2016. Nous avons retrouvé Madeleine pour en savoir plus sur son aventure:

 

Comment se sent-on à la maison?

C'est bien mais en quelque sorte étrange. Beaucoup à digérer, et vous pouvez revenir à la vie dans la vallée [Columbia] mais vous êtes encore à cogiter cette grande expérience.

D'où est venu cette idée?

Il y a environ 5 ans, mon ami Stephen et moi roulions vers le mont. Logan, en voyage de ski, qui est à environ 40 heures de route. On s'ennuyait et on a décidé de préparer des aventures “à faire” , une liste. Curieusement, tous les deux avions ce rêve de skier toute la chaîne Selkirk. Puis l'an dernier, en skiant avec Stephen, il a dit “Faisons ce périple ce printemps!” Alors on a planifié, préparé les caches de nourritures, tracer notre route et puis on s'est rendu-compte que ce pourrait être que nous deux! Comme, qui d'autre voudrait faire ça?! Mais quand on a commencé à en parler nous avons trouvé trois autres personnes vraiment intéressées qui avaient de l'expérience en long périple.

L'équipe au col Rogers. Madeleine à droite.

 

Comment se préparer mentalement pour un périple pareil?

Bien, j'y avais pensé tout le temps et je vérifiais constamment les conditions. Par chance, je travaillais dans les Selkirk pour la plus grande partie de la saison. Ce qui était vraiment génial étaient les derniers jours à guider chez Great Canadian, nous avons par hasard skié dans certains endroit le long de notre route. Ça m'a donné un précieux avantage sur la route à prendre.

Quel était ton moment le plus difficile?

Nous avions des traversées de rivières pas mal risquées à faire. Comme skieurs et pas guides d'eaux vives, les rivières nous inquiétaient. Heureusement, il y avait des arbres pour nous aider, mais ils étaient juste assez gros pour marcher dessus, et assez étroits pour être tout à fait effrayant. Il fallait y aller un à la fois, donc aucun moyen de s'entre protéger. C'était les vrais chemins de croix mentales du périple, lorsqu'il n'y a pas le choix et vous n'avez qu'à rassembler ses forces pour le faire.

Ne pas tomber!

Aussi à un moment donné, au sud de Battle Abbey nous avons été pris dans cette énorme pente dont le pic jetait beaucoup de neige sur nous. C'était une fenêtre de 20 minutes où nous avons accéléré au plus vite et des glissades de neige couvraient nos pistes derrière nous. Alors après ça, nous avons changé notre horaire de sommeil pour nous réveiller à minuit et ne voyager que dans les petites heures du matin.

Quel a été ton moment préféré?

Probablement les campement alpins, avec des panoramas superbes et des couchés de soleil incroyables au-dessus des Monashee, des Selkirk et des Purcell. Dormir sous les étoiles et voir les étoiles filantes, c'est toujours mon préféré, c'est certain. Une autre chose géniale était quand on avait à se réveiller à minuit, c'était durant la pleine lune alors ces nuits là, on pouvait voir la lune se coucher et le soleil se lever en même temps. C'était pas mal spécial.

Comment on se sent à la fin?

Nous étions tous un peu stupéfiés et les yeux grands, sans croire que c'était fini. En terminant, nous attendions mon père à l'auberge CMH Monashee pour qu'il nous ramènent. Nous nous sommes empilés dans le camion de mon papa qui nous a conduit à Revelstoke en regardant les chaines de montagnes passer si vite qui nous ont pris tant de temps à traverser.

Que pense-tu d'avoir fait ça?

Je crois que c'est surprenant de pouvoir rêver à des choses un peu hors de l'ordinaire, mais en ayant un bon
groupe et des opportunités et conditions qui peuvent les rendre possible. Vous pouvez y arriver si vous acceptez de l'aide.

Quels sont tes plans maintenant?

Nous avons terminé ce périple si tôt que j'ai le temps de me reposer. Quand nous avons calculé la distance, nous avons estimé que ça nous prendrait environ huit semaines et demi, et ça n'en a pris que 5. Je travaillerai chez Outward Bound à diriger un cours de plein air pour jeunes, et puis je ne peux attendre trop avant de planifier d'autres aventures!

 

 

Un périple comme celui-là demande beaucoup de préparation.

Touchez du bois pour se rendre de l'autre côté.

Quelques pertes en chemin.

 

Nous nous sommes tous amouraché d'un puit d'arbre un jour.

 

Merci à Douglas Noblet pour les photos épiques du périple! Déclic ici pour en voir plus.

2 Responses to “Une des nôtre!”

  1. Dominique

    Good planning, good people, mostly good weather, amazing adventure
    Well done

  2. Dominique

    Amazing trip
    You deserve a big back country skiing sticker
    Well done